14.11.17-Mer de Chine du Sud: la Chine et le Vietnam signent une déclaration conjointe

Le sommet annuel de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est s'achève ce mardi 14 novembre 2017 à Manille, aux Philippines. En coulisse, ce rendez-vous, auquel a partiellement assisté le président américain, a été l'occasion pour les vieux rivaux chinois et vietnamiens de mettre de l'eau dans leur vin concernant le lourd contentieux qui les oppose en mer de Chine méridionale.

Le président chinois Xi Jinping et son homologue vietnamien Trần Đại Quang, le 13 novembre 2017 à Hanoï.

Lundi, alors que les nations du sud-est asiatique discutaient à Manille dans le cadre multilatéral de l'ASEAN, le président chinois achevait pour sa part une visite bilatérale à Hanoï, au Vietnam. Dimanche, l'agence de presse officielle Chine nouvelle avait annoncé qu'un « consensus » se dégageait entre les deux vieux rivaux régionaux, quant à leurs revendications territoriales antagonistes en mer de Chine du Sud. Une information confirmée à l'issue du voyage de Xi Jinping.

« Maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale »

Après ce rendez-vous, Hanoï et Pékin se sont en effet engagés par écrit, dans une déclaration conjointe, à ne prendre aucune « initiative » susceptible de « compliquer le conflit » qui les oppose dans cette zone maritime de l'Asie du Sud-Est, un carrefour majeur du commerce et de la géostratégie mondiale actuels. Un signe de bonne volonté notable, compte tenu des deux batailles meurtrières qui ont opposé la Chine et le Vietnam à ce sujet par le passé (1974, 1988).

Pékin et Hanoï l'assurent : ils sont d'accord pour « maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale ». Cette zone, faite principalement de récifs coralliens sur lesquels sont construites des îles artificielles bardées d'équipements stratégiques, et donc potentiellement militaires, est historiquement disputée entre le Vietnam, la Chine, Taïwan, la Malaisie, les Philippines et Brunei. Chacun campe sur ses positions et dénonce les progressions des autres de longue date.

La Chine populaire est de loin le protagoniste le plus actif ces dernières années, puisqu'elle « poldérise » à tout-va, créant en mer ses propres îles artificielles, qui abritent des radars, des ports ou encore des pistes d'atterrissage faisant fi des Zones économiques exclusives de ses voisins (garanties par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, la CNUDM). Pékin brandit en effet des arguties historiques pour certifier que la quasi-totalité de cette mer lui revient.

L'enjeu, indépendamment du contrôle des routes maritimes ou des ressources réelles ou supposées qu'abriteraient cette région marine (ressources halieutiques, énergétiques, etc.), est de nature militaire, puisqu'il s'agit pour la Chine de sortir progressivement de l'étau mis en place par les Etats-Unis au sortir de la Seconde Guerre mondiale, et pour les Etats-Unis de rester le maître de l'océan Pacifique, grâce à sa célèbre 7e flotte navale et son jeu d'alliances dans la région.

Jusqu'à présent, la Chine et le Vietnam se sont fait bien peu de cadeaux quand il s'est agi de la mer de Chine méridionale. Comme Pékin, Hanoï met en avant des justifications historiques pour affirmer que les archipels Paracels et Spratleys, dans cette mer, lui appartiennent. S'ils se sont fait chasser du premier chapelet il y a plus de 40 ans, les Vietnamiens contrôlent encore des positions dans le second, comme les autres protagonistes de ce conflit (les Philippines, surtout).

Trump: « Si je peux servir d'intermédiaire ou d'arbitrefaites-le-moi savoir »

Or, le communiqué de lundi ressemble à une validation de la stratégie de Pékin, qui refuse systématiquement que la question de ces conflits territoriaux soit traitée de manière contraignante au niveau de l'ASEAN, et privilégie les relations bilatérales pour discuter de la mer de Chine du Sud. Un cadre plus confortable pour un pays qui abreuve ses voisins en investissements et infrastructures, et ne cesse de rendre chacun d'entre eux toujours plus dépendants de son économie.

Il était prévu, ce mardi, que les membres de l'ASEAN annoncent conjointement un « code de conduite » sur la mer de Chine méridionale. Sauf que Pékin insiste sur le fait qu'il ne doit en aucun cas revêtir d'obligation légale. Si consensus il y a, il devrait donc en être ainsi. De quoi valider la stratégie de la Chine, qui manœuvre par le fait accompli sur le terrain, supporte mal les coalitions d'intérêt des petits pays, et avait mal vécu le camouflet infligé par Manille il y a un an à La Haye.

Ce qui a changé depuis un an chez les détracteurs philippins et vietnamiens de la Chine ? Le contexte, les alternances. Barack Obama dirigeait, en sous-main, un axe improbable Tokyo-Manille-Hanoï pour tenter de réfréner les velléités conquérantes chinoises et défendre la liberté de naviguer et de voler dans la région. Donald Trump l'a remplacé et Rodrigo Duterte a remplacé Benino Aquino aux Philippines. Tous deux n'ont pas la même vision que leurs prédécesseurs.

Source: RFI Les Voix du Monde

Photo: REUTERS/Luong Thai Linh/Pool


12.11.17-Mer de Chine: "consensus" trouvé entre Chine et Vietnam

La Chine et le Vietnam sont parvenus aujourd'hui à un "consensus" sur la gestion de leurs tensions en mer de Chine méridionale, une zone disputée revendiquée par Pékin, a rapporté l'agence officielle Chine nouvelle après une offre de médiation du président américain.

Cet accord a été trouvé lors d'une entretien entre le président chinoise Xi Jinping et le chef du parti communiste du Vietnam, Nguyen Phu Trong, à l'occasion d'une visite d'Etat de ce dernier à Hanoï

Les deux parties "sont parvenues à un important consensus (...) pour gérer les questions maritimes de façon appropriée" et "s'efforcer conjointement de maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale", rapporte Chine nouvelle sans plus de détails.

Une mer très disputée

Pékin revendique comme sienne la majorité de la mer de Chine méridionale, où des riverains (Vietnam, Philippines, Malaisie et Bruneï) ont des prétentions rivales. Depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, Xi Jinping y a fait renforcer des récifs contrôlés par la Chine afin d'y construire des installations, notamment militaires (pistes d'atterrissage, armements).

Cette mer stratégique, où transitent chaque année pour 5.000 milliards de dollars de marchandises, est réputée contenir sous le plancher océanique de vastes réserves de gaz et de pétrole. Les tensions récurrentes entre pays riverains sont perçues comme une source potentielle de conflit en Asie.

Donald Trump s'en mêle:

Cet accord sino-vietnamien intervient quelques heures après que Donald Trump, lui aussi en visite à Hanoï, a offert au Vietnam d'être "médiateur" dans le conflit territorial avec Pékin sur la mer de Chine méridionale.

"Si je peux servir d'intermédiaire ou d'arbitre, faites-le moi savoir... Je suis un très bon médiateur", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Hanoï.

Cette annonce est susceptible d'ulcérer le gouvernement chinois qui répète de longue date que les Etats-Unis n'ont aucun rôle à jouer en mer de Chine méridionale, où les problèmes doivent être gérés de façon bilatérale.

Source: Le Figaro 


6.11.17-Les relations Vietnam - États-Unis se développent fortement

 

Les relations Vietnam - États-Unis se développent fortement, a estimé l’ancien ambassadeur américain au Vietnam, David Shear.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ancien ambassadeur américain au Vietnam, David Shear. (2e à droite). 

Lors d’une interview accordée au correspondant de l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA) à l’occasion de la tournée du président Donald Trump en Asie durant laquelle il participera au sommet de l’APEC et effectuera une visite officielle au Vietnam, l’ancien ambassadeur américain au Vietnam, David Shear a rappelé que le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc avait effectué une visite réussie aux États-Unis en mai dernier et avait eu une rencontre utile avec le président Donald Trump à Washington D.C, 

Les deux dirigeants ont accéléré les dialogues dans l’économie et la défense. Les deux parties ont posé un fondement solide pour la prochaine visite à Hanoï du président américain Donald Trump et sa participation au Sommet de l’APEC à Da Nang, a-t-il estimé.

Les États-Unis et le Vietnam entretiennent de fortes relations bilatérales qui se développent sur la base d’une préoccupation commune profonde en matière de sécurité et de défense. Leurs relations commerciales ne cessent de se développer. En 2016, le commerce bilatéral s’est chiffré à 52 milliards de dollars.

«Le développement des liens bilatéraux impulse l’investissement direct américain au Vietnam et celui du Vietnam aux États-Unis. Le Vietnam est une bonne destination pour l’investissement», a-t-il constaté.

Selon David Shear, Donald Trump va aborder le renforcement des relations de défense et du commerce bilatéral lors de sa prochaine visite au Vietnam, conformément à la Déclaration commune adoptée lors de la visite du Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc aux États-Unis en mai dernier.

À propos de l’objectif  de la participation des États-Unis à l’APEC 2017, l’ancien diplomate américain a précisé que c’était une bonne opportunité pour le pays de s’expliquer sur ses politiques en matière de sécurité et d’économie, notamment après son retrait de l’Accord de partenariat transpacifique (TPP).

Les États-Unis souhaitent présenter leurs politiques  pour l’Asie-Pacifique pour assurer avec des pays que les États-Unis continuent de s’intervenir dans cette région et être un allié de confiance, a conclu David Shear.
Photo: VNA/CVN

5.11.17 - Vietnam: un typhon fait au moins 27 morts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tempête qui a touché terre samedi sur la côte méridionale est la pire depuis plusieurs années dizaines d'années. Au moins 27 personnes sont mortes et des dizaines sont portées disparues sur le passage du typhon Damrey dans le sud et le centre du Vietnam, à quelques jours d'un sommet de l'Apec auquel sont attendus les dirigeants de la planète. La tempête qui a touché terre samedi sur la côte méridionale est la pire depuis plusieurs dizaines d'années.


29.10.17-Le Vietnam, l’un des plus grands partenaires économiques de l’Argentine

Le Vietnam est l’un des plus grands partenaires économiques, commerciaux et d’investissement de l’Argentine en Asie du Sud-Est, a déclaré la vice-présidente argentine Gabriela Michetti
La dirigeante argentine a fait cette déclaration vendredi 27 octobre à Buenos Aires, en recevant le vice-ministre vietnamien de l’Industrie et du Commerce, Dô Thang Hai.

 

 

 


La vice-présidente argentine Gabriela Michetti et le vice-ministre vietnamien de l’Industrie et du Commerce, Dô Thang Hai, le 27 octobre à Buenos Aires.
Elle a demandé au Vietnam de faciliter les investissements réciproques entre les deux pays, notamment dans l’industrie textile et l’agriculture, de renforcer les échanges culturels et populaires, ainsi que la coopération décentralisée.

Pour sa part, le vice-ministre Dô Thang Hai a proposé que les deux pays collaborent plus étroitement pour porter la valeur du commerce bilatéral à 3,5 milliards de dollars cette année.

Le Vietnam souhaite que l’Argentine ouvre son marché à ses litchis, ses fruits du dragon, ses longanes et ses mangues, et est prêt en contrepartie à importer des agrumes, des bleuets, des poires, des pommes et des cerises argentins, a-t-il précisé.

Il a également demandé à l’Argentine, membre fondateur du Marché commun du Sud (Mercosur), d’accélérer les négociations en vue de la signature d’un accord de commerce préférentiel entre cette communauté économique regroupant plusieurs pays de l’Amérique du Sud et le Vietnam.

Les 25 et 26 octobre, la Commission intergouvernementale Vietnam-Argentine s’est réunie à Buenos Aires, à l’issue de laquelle le vice-ministre Dô Thang Hai et le secrétaire aux Relations économiques internationales du ministère argentin des Affaires étrangères, Horacio Reyser ont signé un procès-verbal.

Ces dernières années, les relations entre les deux pays ont connu de belles avancées. Le commerce bilatéral a progressé de 16,7% en 2016, à plus de 3 milliards de dollars, et de 15% au cours des neuf premiers de cette année pour atteindre près de 2,4 milliards de dollars.

 

Source: Le courrier du Vietnam

Photo: VNA/CVN


28.10.17-Défense : Vietnam et Philippines plaident pour des liens accrus

Le Vietnam et les Philippines ont plaidé pour une coopération renforcée dans la défense lors de la visite officielle aux Philippines du ministre vietnamien de la Défense, Ngô Xuân Lich.

Affirmant attacher de l’importance et renforcer les relations dans tous les domaines avec le Vietnam, le président philippin Rodrigo Duterte a déclaré mercredi 25 octobre, en recevant le ministre Ngô Xuân Lich au palais présidentiel que cette visite a apporté une contribution importante à la promotion du partenariat stratégique bilatéral. Selon le chef de l’État philippin, la coopération bilatérale en matière de défense entre les deux pays a obtenu des résultats positifs et constituait l’un des piliers importants du partenariat stratégique entre les deux pays.
Le président philippin Rodrigo Duterte (gauche) reçoit le ministre vietnamien de la Défense, Ngô Xuân Lich.
Il a souhaité voir les relations de défense entre les deux pays se développer chaque jour davantage, et s’est engagé de soutenir la coopération entre les deux armées philippine et vietnamienne.

Le ministre Ngô Xuân Lich a transmis les vœux du président vietnamien Trân Dai Quang au président philippin Rodrigo Duterte.

Félicitant les Philippines pour l’accomplissement excellent de leur rôle en tant que président de l’ASEAN en 2017, il a estimé que les Philippines ont contribué à promouvoir la coopération de défense de l’ASEAN ainsi qu’entre l’ASEAN et ses partenaires.

Il a remercié le président Rodrigo Duterte pour avoir, en tant que commandant en chef des forces armées philippines, dirigé la mise en œuvre d’une coopération efficace entre les armées des deux pays, notamment entre les forces chargées de l’application de la loi en mer.

Le ministre Ngô Xuân Lich, à la tête d’une haute délégation militaire vietnamienne en visite officielle aux Philippines, s’est entretenu jeudi 26 octobre avec son homologue philippin Delfin Lorenzana sur certaines questions d’intérêt commun.

Le ministre Delfin Lorenzana a indiqué que les Philippines souhaitaient renforcer leur coopération intégrale avec le Vietnam, dont la défense est une priorité du fait que les deux pays ont de nombreux avantages et défis stratégiques communs.

"Les deux pays sont l’un pour l’autre des partenaires importants", a-t-il souligné, avant d’affirmer s’évertuer à approfondir les relations de défense bilatérales.

Le ministre Ngô Xuân Lich a lui affirmé que les Philippines restaient toujours un partenaire important et prioritaire dans la politique étrangère du Vietnam, que les deux pays voisins riverains, tous membres de l’ASEAN, entretenaient de bonnes relations d’amitié.

Les deux parties ont salué le développement positif des relations de défense entre le Vietnam et les Philippines sur la base de l’accord de coopération de défense signé en octobre 2010, concernant notamment le mécanisme de dialogue, la formation, la coopération entre les forces chargées de l’application de la loi en mer.

Les deux ministres ont convenu de multiplier les visites bilatérales, de créer un mécanisme d’échanges de jeunes officiers, de promouvoir davantage le mécanisme de dialogue sur la politique de défense au niveau vice-ministériel, de renforcer la coopération dans la formation et l’échange d’expériences

Les deux parties se sont mis d’accord pour poursuivre leur consultation, leur coordination et leur soutien mutuel dans le cadre de forums multilatéraux, de promouvoir la coopération dans la recherche et la fabrication de produits dans le domaine de l’industrie de la défense.

Elles ont également convenu de renforcer la coopération entre leurs forces armées, notamment les marines et les garde-côtes, et d’étudier un statut de coopération entre leurs forces chargées de l’application de la loi en mer.

 

Source: Le courrier du Vietnam

Photo: qdnd/CVN


27.10.17 - Échange d'AMITIÉ Vietnam - Laos à Shanghai

Les consulats généraux du Vietnam et du Laos installés dans la ville chinoise de Shanghai ont coorganisé un programme artistique d’amitié spécial à l’occasion du 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques Vietnam - Laos (5 septembre 1962) et des 40 ans de la signature du Traité d’amitié et de coopération Vietnam - Laos (18 juillet 1977).

 

 

Lors de la cérémonie, les deux consuls vietnamien et lao, Nguyên Thanh Mai et Sisamay Luangchandavong, ont passé en revue les belles traditions d’amitié et de solidarité entre les deux pays pendant les guerres contre les envahisseurs dans le passé et le processus de développement national actuel.

Le consul vietnamien Nguyên Thanh Mai a souligné l'attention spéciale des deux Partis et des deux États pour les relations bilatérales, avant d'affirmer que les deux parties n'avaient de cesse d’intensifier leurs activités de coopération et leur coordination, ainsi que de contribuer à épanouir la solidarité étroite au sein de la Communauté de l’ASEAN.

Divers numéros artistiques empreints de l’identité nationale des deux pays ont été présentés à cette occasion, en plus des plats traditionnels vietnamiens et laotiens préparés par les cadres des deux consulats et les représentants de la communauté des étudiants vietnamiens et laotiens poursuivant un cursus à Shanghai.

 

Source: Le courrier du Vietnam


26.10.17- Vietnam et Algérie doivent promouvoir leur coopération

La coopération entre le Vietnam et l'Algérie a connu de notables progrès ces dernières années, mais reste encore en deçà de leurs potentiels comme leurs souhaits, a estimé Pham Quôc Tru, ambassadeur du Vietnam en Algérie.

Lors d’une interview accordée au correspondant de l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA) à l’occasion du 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques Vietnam - Algérie, Pham Quôc Tru, a affirmé qu'il était temps d'évaluer les résultats de la coopération bilatérale pour avancer de nouvelles mesures afin de la porter à une nouvelle hauteur. Selon lui, la 11eréunion du Comité intergouvernemental Vietnam - Algérie, qui aura lieu du 27 au 29 novembre, devra aborder ces questions.

L'ambassadeur vietnamien a par ailleurs suggéré de développer la coopération décentralisée. Les deux parties discutent actuellement de l'établissement d'un jumelage entre deux de leurs villes. 

Le Vietnam et l'Algérie ont établi des relations diplomatiques le 28 octobre 1962. Ils poursuivent un échange régulier de délégations de haut rang. Pendant les années 1980 et 1990, des milliers d'experts vietnamiens ont travaillé en Algérie dans de nombreux secteurs.

Ces derniers temps, la coopération économique bilatérale a connu un développement heureux. L'Algérie est le quatrième importateur de produits vietnamiens en Afrique, avec près de 270 millions de dollars en 2016. En outre, le Vietnam a investi dans l’exploitation de pétrole et de gaz en Algérie. En 2015, un joint-venture Algérie - Vietnam a vu le jour pour exploiter le gisement Bir Seba en Algérie. Il a actuellement une production quotidienne de 20.000 barils.

 

Source: Le courrier du Vietnam

Photo: Nguyên Dat/VNA/CVN


25.10.17-Développement heureux des relations Vietnam - R. de Corée

Le Comité intergouvernemental Vietnam - République de Corée a tenu mardi 24 octobre à Séoul sa 16e réunion pour faire le bilan des résultats de coopération l’année dernière et de définir ses orientations futures, notamment la préparation des rencontres bilatérales en marge de la Semaine des dirigeants de l’APEC 2017 prévue en novembre à Dà Nang.
Le chef de la délégation vietnamienne, le vice-ministre du Plan et de l’Investissement Nguyên Thê Phuong et celui de la délégation sud-coréenne, le vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires économiques Yun Kang-hyeon ont insisté sur le développement heureux des liens bilatéraux depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays (22/12/1992).

Les deux pays étaient également des partenaires importants ayant de grandes contributions lors des forums multilatéraux et des cadres de la coopération régionale et internationale, ont-ils estimé.

Les deux parties ont échangé des opinions et avancé des mesures visant à intensifier la coopération bilatérale dans divers domaines, y compris lors des forums régionaux et internationaux. Elles ont convenu que le comité intergouvernemental avait joué un rôle important dans la promotion de la coopération économique entre les deux pays. Elles ont apprécié la coopération bilatérale, notamment dans le commerce, l’investissement, l'emploi, l’aide publique au développement (APD), les infrastructures, la banque et la finance, le consulat et la justice ainsi que la coopération régionale et internationale.

Les deux parties ont proposé certaines mesures en vue de réduire la balance déficitaire pour le Vietnam, d’augmenter l’exportation des produits majeurs du Vietnam, de dégager des obstacles pour des entreprises des deux pays et de bien utiliser les ressources humaines. Elles ont aussi défini les orientations futures, suggéré certaines priorités et l’initiative de coopération en matière de consulat.

La coopération Vietnam-République de Corée a connu un développement fructueux ces derniers temps, au service de l’intérêt, la compréhension et la confiance mutuels.

Actuellement, Séoul est le partenaire de premier rang de Hanoï en matière d’investissement direct étranger (IDE) avec 56 milliards de capitaux enregistrés, de commerce avec des échanges bilatéraux de 44 milliards de dollars par an, de coopération pour le développement. Chaque année, la République de Corée accorde au Vietnam environ 30 millions de dollars d’aide non-remboursable et de 300 à 400 millions de dollars d’APD.

S'agissant de la coopération à l'emploi, le Vietnam a envoyé environ 50.000 travailleurs dans ce pays. En outre, les deux pays ont mené une coopération étroite dans la politique et la diplomatie, la finance et la banque, les infrastructures du transport, la technologie de l’informatique, la science de technologies, l’agriculture, la sylviculture et l’aquaculture, l’éducation et la formation, et la culture.

24.10.17 -Promotion des relations commerciales Vietnam - Russie

Le riz est un des produits d'exportation du Vietnam vers la Russie.
Photo : Hông Nhung/VNA/CVN
Le Vietnam et la Russie sont déterminés à augmenter la valeur d’échanges commerciaux bilatéraux à 10 milliards de dollars en 2020 via l'Accord de libre-échange (ALE) entre le Vietnam et l'Union économique eurasiatique (EAEU).

Les exportations vietnamiennes vers la Russie sont essentiellement les téléphones de toutes sortes et leurs accessoires, les produits textiles et d’habillements, le café, le riz, des machines, des équipements,…

Lors de la 20e réunion du Comité gouvernemental Vietnam - Russie tenue en septembre dernier à Hô Chi Minh-Ville, des représentants des autorités municipaux ont déclaré que la ville avait établi des relations de coopération et d’amitié avec 5 localités russes.

La ville organise régulièrement des échanges sur l’investissement et le commerce et partage des expériences en Russie. La mégapole économique du Sud est une destination en termes d’investissement, d’affaires et de tourisme pour les habitants russes.

Selon Bui Huy Son, chef du Département de la promotion du commerce du ministère de l’Industrie et du Commerce, la coopération dans l’économie et le commerce ces derniers temps a connu un développement vigoureux. Il a mis l’accent sur l’organisation des foires et expositions – canal efficace pour relier des entreprises, associations, et organisations des deux pays.

Le représentant en chef de l’Organe du commerce de Russie au Vietnam, Kharinov V.N, a décalré que le Vietnam est le premier pays ayant signé l’ALE entre le Vietnam et l'Union économique eurasiatique.

Cet accord a contribué à promouvoir vigoureusement des relations commerciales, d’investissement, et de coopération dans des domaines entre le Vietnam et l’Union européenne, notamment la Russie. Pour saisir efficacement des intérêts de l’accord, le vice-ministre vietnamien Hoang Quôc Vuong a estimé que le Vietnam devrait améliorer la qualité et la diversification des produits, élargir les marchés d’écoulement internationaux ...

 

Source: Le courrier du Vientam


23.10.17- Chine : ouverture d'une zone commerciale frontalière avec le Vietnam

NANNING, 23 octobre (Xinhua) -- Une nouvelle zone commerciale transfrontalière Chine-Vietnam dans la région autonome Zhuang du Guangxi, dans le sud de la Chine, a été ouverte, ont annoncé lundi les autorités locales.

La zone commerciale Longbang-Tra Linh dans la ville frontalière de Jingxi couvre une superficie de 50.000 m² et a nécessité un investissement de 60 milliards de yuans (9 milliards de dollars).

La construction a commencé en 2013 et les premiers essais datent du mois de septembre dernier.

Les habitants vivant dans un rayon de 20 kilomètres de la frontière peuvent échanger des marchandises dans la zone commerciale et bénéficient d'une exemption de taxes pour les dépenses n'excédant pas 8.000 yuans par jour.

Par rapport aux autres zones commerciales Chine-Vietnam, celle de Longbang-Tra Linh offrira un meilleur service de dédouanement, a indiqué Tran Dai Nghia, président de la Vietnam VCI Logistics Joint Stock Company.

La Chine est un grand marché et les exportations en provenance du Vietnam toucheront plus rapidement les clients chinois grâce à cette zone, estime la société.

La zone commerciale créera environ 100.000 emplois et aidera à sortir 350.000 personnes de la pauvreté dans la région frontalière.

Source: french.xinhuanet.com


16.10.17-Le Vietnam se prépare à l'arrivée d'une nouvelle tempête

Hanoï - Le Vietnam se préparait lundi à l'arrivée d'une nouvelle tempête, à peine une semaine après le passage d'un cyclone qui a provoqué inondations et glissements de terrain et tué 72 personnes.

Les recherches pour retrouver des survivants se sont poursuivies lundi après les graves inondations de ces dernières semaines, ont indiqué les autorités. 

Dans les provinces du nord et du centre, plus de 50.000 maisons ont été inondées ou détruites, quelque 300.000 animaux tués et des hectares de champs décimés, selon l'agence gouvernementale chargée de la gestion des catastrophes naturelles. 

Les autorités redoutent de nouveaux glissements de terrain avec l'arrivée de la tempête Khanun, notamment dans la province de Hoa Binh (nord). 

En Thaïlande, trois personnes ont également été tuées dans les inondations ces derniers jours. 

Le Vietnam est frappé par plus d'une dizaine de tempêtes ou de typhons chaque année: d'après les chiffres officiels, près de 170 personnes sont mortes ou ont disparu dans ces intempéries depuis le début de l'année. 

Mi-septembre, le passage dévastateur d'un des plus puissants typhons de ces dernières années, Doksuri, avait ravagé le centre du pays, faisant 11 morts. 

Les tempêtes frappent principalement entre mai et octobre, durant la mousson, et la côte centrale de ce pays d'Asie du Sud-Est est la plus régulièrement touchée.  

L'an passé, 248 personnes ont été tuées dans des catastrophes naturelles, selon les derniers chiffres des autorités. 

Selon la Banque mondiale, les catastrophes naturelles ont fait plus de 13.000 morts et causé plus de 6,4 milliards de dollars (5,4 milliards d'euros) de dégâts matériels au Vietnam au cours des 20 dernières années. 

Source: L'Expresse


Développer la coopération économique entre le Vietnam, le Canada et la France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nguyen Van Binh, membre du Bureau politique et chef de la Commission de l’Economie du CC du PCV, et l'ambassadrice du Canada au Vietnam Ping Kitnikone. Photo: VNA

 

Hanoi, 25 septembre (VNA) - Nguyen Van Binh, membre du Bureau politique et chef de la Commission de l’Economie du Comité central du Parti communiste du Vietnam, a reçu à Hanoi le 25 septembre l'ambassadrice du Canada au Vietnam Ping Kitnikone.

Nguyen Van Binh a salué les résultats obtenus dans le développement des relations entre le Vietnam et le Canada ces dernières années, affirmant que les deux pays partagent un potentiel de collaboration considérable dans divers domaines, en particulier le commerce, l'investissement, la coopération au développement, l'éducation et la formation, et l'échange entre les peuples.

Il a affirmé la politique constante du Parti communiste du Vietnam de développer l'économie de marché à orientation  socialiste et a souligné la détermination du pays à continuer de réformer ses politiques pour attirer davantage d'investissements, de créer un environnement plus favorable aux investisseurs, dont ceux du Canada.

Nguyen Van Binh, qui est également secrétaire du Comité central du Parti, a exprimé son espoir que l'ambassade du Canada et la Commission centrale de l’Economie du Parti favoriseraient leur collaboration pour renforcer les liens entre le Vietnam et le Canada.

Pour sa part, l'ambassadrice du Canada Ping Kitnikone a déclaré que le fort développement de la coopération économique et commerciale entre les deux pays ces dernières années est une base solide pour la croissance future des liens bilatéraux.

Elle a promis de continuer de promouvoir la coopération entre les deux pays en matière de commerce et d'investissement pour accroître le commerce bilatéral.

Le Canada continuera également de fournir une aide publique au développement du Vietnam en matière de changement climatique et de sécurité alimentaire.

Le même jour, Nguyen Van Binh a également rencontré l'ambassadeur de France au Vietnam Bertrand Lortholary, à qui il a affirmé que le Parti et l'Etat du Vietnam attachaient toujours de l’importance aux relations avec la France. Il s’est déclaré convaincu que les liens bilatéraux continueraient d'augmenter, en particulier dans le commerce, l'économie et l'investissement.

Il a déclaré que le Vietnam continuera d’offrir des conditions optimales pour les projets investis par la France au Vietnam.

Pour sa part, Lortholary a salué le développement socio-économique du Vietnam. Il a promis que la France continuerait de favoriser la coopération avec le Vietnam dans l'agriculture, la construction d'infrastructures, l'environnement, la santé, l'aviation et les services bancaires. -VNA

 

Source: Vietnam +


24.09.17 - Les belles promesses des investissements directs américains au Vietnam

Au dernier décompte, le Vietnam recensait 835 projets d'investissement direct américain, avec un total de 9,39 milliards de dollars de capitaux. Un chiffre est modeste comparé à la capacité des investisseurs américains. Mais la donne devrait rapidement changer, si l'on en croit des économistes internationaux.

 

Après plus de 20 ans d'activité au Vietnam, la Sarl de boisson Coca-Cola Vietnam (relevant du groupe éponyme américain) a annoncé qu'il avait injecté 300 millions de dollars supplémentaires au Vietnam sur la période 2013-2016. Ce qui porte les IDE de ce groupe au Vietnam à plus de 500 millions de dollars. Le président de Coca-Cola pour l’ASEAN et la Chine a affirmé que cette somme servait de base pour le développement à long terme de ce groupe américain dans le marché vietnamien.


De son côté, le groupe Procter & Gamble (P&G) opère au Vietnam depuis 1995 avec un fonds inscrit de 360 millions de dollars, où il compte trois usines. Lors d’un récent colloque sur l’amélioration des compétences de direction pour les PME organisé par le ministère vietnamien du Plan et de l'Investissement, Omar Channawi, vice-président du P&G pour l'Asie-Pacifique, a souligné que le Vietnam était un des marchés importants de son groupe. Ce dernier projette d'ailleurs d'élargir ses investissements.

Auparavant, lors de la visite officielle aux États-Unis du Premier ministre Nguyên Xuân Phuc fin mai, une vingtaine de contrats et d'accords entre le Vietnam et les États-Unis a été signée. Dans le cadre de cette visite, le chef du gouvernement vietnamien a rencontré et échangé avec les plus grandes entreprises et groupe de ce pays comme Exxonmobil, Nike, Boeing, McKinsey… Il a affirmé que le Vietnam déroulait toujours le tapis rouge aux entreprises américaines investissant au Vietnam. En retour, de nombreuses entreprises américaines ont informé apprécier l’environnement des affaires au Vietnam et souligné qu’elles investiraient davantage dans notre pays prochainement.

Pour sa part, John Hill, vice-ambassadeur p.i des États-Unis au Vietnam, a estimé que le climat des affaires au Vietnam s'était beaucoup amélioré ces derniers temps avec notamment la création de la loi d’assistance des PME. Cette loi manifeste le fort engagement du gouvernement de favoriser les PME et le secteur privé en général à s’épanouir. Il s’agit d’une base solide pour que le Vietnam parvienne à attirer les IDE.

Au mois de septembre, les États-Unis était le 9e des 122 pays et territoires investisseurs au Vietnam.

 

Source: Le courrier du Vietnam


21.09.17- Centrales nucléaires en mer de Chine. Pékin s’installe, les voisins s’inquiètent

 

 

 

 

 

 

 

http://www.questionchine.net/centrales-nucleaires-en-mer-de-chine-pekin-s-installe-les-voisins-s-inquietent

Le 10 août dernier, CNNC 中国核电, premier producteur d’énergie nucléaire du pays annonçait la création d’une nouvelle société établie en coopération avec Shanghai Guosheng 上海 国盛, un fond d’investissement et de gestion d’actifs et 3 groupes industriels : Zhejiang Zheneng Electric (investi dans l’énergie nucléaire et thermale) dont le siège est à Hangzhou, les chantiers navals de Jiangnan 江南 造船, l’un des premiers et le plus anciens de Chine, établi en 1865 produisant des navires de combat, des méthaniers et des porte-conteneurs et Shanghai electric, 上海电气, fabriquant de centrales et d’équipements industriels lourds du secteur de l’énergie (turbines à vapeur).

*

L’association de ces savoir-faire spécifiques adossés à un fond de gestion d’actifs est en réalité une mise en ordre de bataille pour la réalisation d’un projet lié à la pérennisation de la présence chinoise en mer de Chine du sud où Pékin envisage de construire une série de centrales nucléaires flottantes et mobiles.

C’est en tous cas ce que laissait entendre Wang Yiren, n°2 de la COSTIND et vice-directeur de l’autorité nucléaire chinoise en février dernier quand il affirmait que le développement de centrales nucléaires « off-shore » était, dans le cadre du 13eplan quinquennal (2013 – 2020), considéré à Pékin comme un appui logistique à l’exploration des ressources d’hydrocarbures en mer de Chine du sud et à la présence chinoise dans les Paracel et les Spratly.

La déclaration confirme les intentions de Pékin déjà exprimées par un Livre Blanc sur l’énergie en 2016, de développer un réseau de centrales flottantes « pour faciliter l’exploration de ressources marines » et par un article en anglais mis en ligne en 2016 du site 中国 证网 (zhongguo zhengwang) portail de la bourse chinoise, selon lequel la Chine construirait 20 centrales nucléaires d’ici 2020 « pour accélérer les développement des échanges commerciaux en mer de chine du sud ».

Pékin imperturbable se projette dans la durée.

Alors que les experts estiment que, contrairement aux déclarations du ministre Wang Yi début août à l’ASEAN, la Chine poursuit le renforcement et l’élargissement des îlots, tandis que la marine américaine continue de contester la légitimité de la souveraineté chinoise sur les eaux adjacentes crées par les extensions artificielles [1], les observateurs de la région et les pays de l’ASEAN notent que le développement d’un réseau de centrales nucléaires « off-shore » dont les applications pratiques sont évidentes, envoie un signal sans équivoque de l’intention de Pékin de pérenniser sa présence en dépit de l’inquiétude des voisins et malgré les manoeuvres américaines.

Le réseau d’énergie nucléaire installera une capacité autonome de production d’énergie propre permettant d’accueillir sur les îlots des populations civiles pour une longue durée, dit Collin Koh, expert militaire singapourien. Il ajoute qu’en même temps, la Chine affirme son statut de puissance maritime dominante dans la zone. Pour Kai Ji-ung titulaire de la chaire d’énergie nucléaire à la City University de Hong Kong qui s’exprimait pour le South China Morning Post, par ce projet, la Chine explore un domaine technologique encore en friche mais auquel elle consacre d’importants investissements.

Moins puissantes que les unités terrestres, les centrales « off-shore » auront cependant l’avantage d’être légères et mobiles, qualités qui confèrent au projet une souplesse incomparable. Enfin, Carlyle Thayer, professeur à l’institut de défense de l’armée australienne notait cependant avec justesse que l’extension maritime en mer de Chine du sud exigerait le renforcement considérable du dispositif militaire pour protéger les centrales.

En rendant publiques ses intentions de développer un puissant réseau d’électricité nucléaire, assise logistique de l’installation durable de population civiles disposant, grâce à l’énergie produite, d’usines de dessalement et de l’indispensable autonomie en eau douce, Pékin diffuse l’image redoutée par tous les voisins de l’installation définitive au cœur d’un espace marin international vaste comme la Méditerranée de points d’appui de souveraineté forcément défendus par sa marine de guerre.

Si certains riverains comme les Philippines et la Malaisie contraints par d’autres priorités, acceptent l’évolution d’une situation où la puissance de la Chine s’est imposée à eux, d’autres comme le Vietnam et l’Indonésie pourraient constituer l’épine dorsale d’une résistance à ce qu’il faut bien appeler l’annexion par Pékin de la mer de Chine du sud.

Auteur: Jean-Paul Yacine


Les relations entre le Vietnam et la Malaisie continuent de prospérer

Les relations entre la Malaisie et le Vietnam, dont Hô Chi Minh-Ville, se développent heureusement dans le commerce, l’investissement, la défense, la sécurité, la finance et la culture… C’est ce qu’a déclaré Trân Ngoc Son, président de l'antenne de l’Association d’amitié Vietnam - Malaisie à Hô Chi Minh-Ville, lors d'une rencontre pour célébrer le 60eanniversaire de la Fête nationale de Malaisie (31 août 1957).
Le consul général de Malaisie à Hô Chi Minh-Ville, Sofian Akmal Bin Abd Karim, a déclaré que depuis que les deux pays ont établi leurs relations diplomatiques en 1973, la Malaisie et le Vietnam ont connu de bonnes relations non seulement au sein de l’ASEAN, mais aussi sur les forums internationaux, reflété notamment par l’établissement de leur partenariat stratégique en 2015.

Il a affirmé continuer à accélérer les activités de coopération avec Hô Chi Minh-Ville afin d'améliorer les relations entre les deux pays et de contribuer à la construction d'une Communauté de l'ASEAN unifiée.

Le commerce bilatéral a atteint 3,97 milliards de dollars au premier semestre de 2017, en hausse de 27,9% en glissement annuel.

La Malaisie est actuellement le 8e partenaire commercial du Vietnam avec 2,4% des parts du marché.

Ce pays est l'un des principaux investisseurs étrangers à Hô Chi Minh-Ville. Ces capitaux sont principalement injectés dans la finance, la banque, la construction et l'immobilier.
Source: Le courrier du Vietnam
Photo: Thê Anh/VNA/CVN

Maintien de la paix : l'ONU réaffirme son engagement de soutenir le Vietnam

Les organes de l’Organisation des Nations unies (ONU) sont prêts à soutenir le Vietnam dans l'élaboration d’une stratégie à long terme pour mobiliser et envoyer ses forces aux groupes de travail sur les opérations de maintien de la paix de l’ONU, ainsi que dans le renforcement du rôle des forces de maintien de la paix du Vietnam.
C’est ce qu’a affirmé Kamal Malhotra, coordinateur résident et chef du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), qui a été reçu mardi 5 septembre à Hanoï par le général de corps d'armée Nguyên Chi Vinh, vice-ministre de la Défense.

Lors de la réception, il a également apprécié les engagements et les contributions Vietnam aux opérations de maintien de la paix de l’ONU.

Le général de corps d’armée Nguyên Chi Vinh a déclaré que le Vietnam faisait des efforts pour la mise en ouvre de l’hôpital ambulant militaire numéro 2 et le déploiement des unités de génie pour le maintien de la paix, afin de témoigner de la volonté du Vietnam d'intensifier des activités de maintien de la paix de l’ONU.

Il a affirmé que les résultats obtenus par le Vietnam dans la mise en œuvre de ces missions sont dus au soutien et à la collaboration efficace des organismes de l’ONU, tout en exprimant le désir de continuer à promouvoir ces liens.
Source: Le Courrier du Vietnam
Photo:Anh Vu/CVN

 


LE VIETNAM MAINTIENT LA PRESSION SUR LA CHINE

La Chine a exhorté le 1er septembre le Vietnam à adopter « une vision calme et rationnelle » de ses exercices militaires en mer de Chine méridionale, après la déclaration d’opposition d’Hanoï vis-à-vis des exercices militaires chinois dans une zone située en dehors de l’estuaire du golfe du Bac Bô.

La Chine a isolé le Vietnam lors du sommet des ministres des affaires étrangères de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) qui s’est tenu en août.

Le Vietnam a tenté de convaincre les neuf autres membres de l’ASEAN de trouver un langage commun de fermeté vis-à-vis de Beijing concernant les constructions controversées d’îlots artificiels en mer de Chine méridionale.

De plus, en juillet, sous la pression des autorités chinoises, Hanoï a suspendu le forage de pétrole dans les eaux extracôtières, également revendiquées par la Chine.

Le Vietnam était profondément préoccupé par les exercices dans la région du Golfe du Tonkin, à l’extrémité nord de la mer de Chine méridionale, a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lê Thi Thu Hang, dans un communiqué.

« Le Vietnam propose à la Chine de cesser et de s’abstenir de répéter des actes qui compliquent la situation dans la mer de l’Est« , a ajouté cette dernière.

Lê Thi Thu Hang a également affirmé que « toute action étrangère intervenue dans la zone maritime relevant des droits souverains et de juridiction du Vietnam doit se conformer au droit vietnamien et international, a fortiori la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982. Le Vietnam demande à la Chine d’arrêter et de ne pas reproduire les actes susceptibles de complexifier la situation en Mer Orientale« .

Le ministère vietnamien des affaires étrangères a transmis ses doléances à un représentant de l’ambassade de Chine. À Beijing, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que les forages étaient des exercices annuels de routine et étaient menés dans la partie nord-ouest de la mer de Chine méridionale.

Cette dernière a assuré que cette zone « est sous la juridiction de la Chine« , ajoutant que la Chine avait le droit d’effectuer de tels exercices dans les eaux. « Nous espérons que le côté pertinent peut le visualiser de façon calme et rationnelle », a-t-elle ajouté.

Sources: Chine Magazine


10 août 2017 - MER DE CHINE MÉRIDIONALE : L'ADOPTION DU CADRE DU CODE DE CONDUITE EST UNE MESURE POSITIVE (EXPERTS VIETNAMIENS)

L'adoption par les ministres de la Chine et de l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est (ASEAN) du cadre du Code de conduite en mer de Chine méridionale est une mesure positive et indispensable, estiment des universitaires vietnamiens.

"Nous saluons l'adoption du cadre du Code de conduite, car il répondra aux aspirations des habitants des pays de l'ASEAN et de la Chine", a déclaré mardi à Xinhua Nguyen Thien Chi de l'Association pour l'amitié sino-vietnamienne de Ho Chi Minh-Ville.

L'adoption de ce cadre n'a pas été facile, a-t-il rappelé, soulignant que d'autres efforts seront nécessaires pour faire en sorte que le Code de conduite contribue au renforcement de l'amitié, de la compréhension mutuelle et de la confiance entre les deux parties ainsi qu'au maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité en mer de Chine méridionale.

Un autre expert vietnamien a également salué le cadre du Code de conduite.

Son adoption a montré que l'ASEAN et la Chine "souhaitent vraiment stabiliser la situation en mer de Chine méridionale" et maintenir la paix et la stabilité en mer, a estimé lundi Tran Viet Thai de l'Académie vietnamienne de diplomatie.

L'année dernière, l'ASEAN et la Chine se sont entendues sur trois mesures, à savoir l'établissement de lignes téléphoniques directes entre les ministères des Affaires étrangères des pays de l'ASEAN et la Chine pour répondre immédiatement aux problèmes qui se posent en mer de Chine méridionale, le respect d'un code pour les rencontres imprévues en mer (CUES) pour leurs marines nationales et l'adoption du cadre du Code de conduite d'ici à la mi-2017.

"L'adoption du cadre du Code de conduite réalise l'une des trois promesses faites par les hauts dirigeants chinois à l'ASEAN. Ces progrès montrent que la Chine a respecté ses engagements", a indiqué Tran Viet Thai.

Le général Le Van Cuong, ancien directeur de l'Institut vietnamien de recherche stratégique et scientifique, partage cet avis.

Il a estimé qu'il fallait reconnaître "la bonne volonté qu'a manifestée la Chine" dans l'adoption du cadre du Code de conduite.

L'ASEAN et la Chine devraient renforcer les échanges et accélérer les négociations pragmatiques concernant le Code de conduite, a-t-il ajouté. F

 

Sources: Norbert - Vietnam-COC-Interview // Agence de presse Xinhua